Stéphane POUPARD

06.79.64.42.12

On me dit éclectique, toutefois j’ai une prédilection certaine envers ...

Aux lecteurs

A propos des fautes d’orthographe, de syntaxe, de style, d’inattention, de conjugaison, de frappe...

logo imprimer

Fautes d’orthographe, de syntaxe, de style, d’inattention, erreurs de conjugaison, fautes de frappe, clavier anglais sans accentuation, indolence ou paresse intellectuelle, mésemploi de logiciels de correction ou in emploi de dictionnaires, de synonymes ou bien la mémoire qui flanche, je ne sais plus très bien…

Il avait été mentionné que l’écriture était la science des ânes. Ceci précéda : "l’orthographe est la science des ânes". Ce à quoi Napoléon aurait ajouté : "Je ne parle pas aux cons, ça les instruit" remarquablement repris par Coluche. Nous sommes, nous-mêmes, pour la défense de la langue française et à l’instar de Jean Guéhenno, nous dirions que : "l’orthographe est la politesse de la langue".

Le point de vue du mathématicien Laurent Lafforgue, est que l’orthographe, la syntaxe et la grammaire constituent la première forme de pensée structurée. Or, une structure de pensée, de raisonnement, est indispensable au développement de l’intelligence.
Donc religieusement et politiquement incorrect pour le béotien que je suis…
Il faut des règles communes afin que chacun lise ce qui est écrit et non ce qu’il pense être écrit.

Ce n’est ni par fausse modestie ni par chleuasme (et allez donc, deux mots pour dire la même chose !!!) que j’ai rédigé ce billet mais pour le plaisir de partager. J’ai signalé avoir échappé à un anévrisme et avoir dû réapprendre le français pour échapper à une version phonétique d’une si belle langue mais vous avouerez que pour une spécialité purement phonétique qu’est la contrepèterie, il est navrant d’en arriver à l’usage de périphrases pour faire gober mon inculture orthographique et grammaticale, alors que la performance reste là. Un de nos maîtres à penser "es contrepets" à dit que la formulation de la contrepèterie devait être parfaite dans sa forme énoncée et correcte dans sa traduction. Le Hic viendrait de ce que l’on transmette par écrit et nous rejoignons ici J. Guéhenno. Joël Martin a signalé dans l’opuscule "Que sais-je" N° 3740 n’être qu’un scientifique et non un linguiste, d’où sa performance en contrepets et non en explications de texte. Les chasseurs de petites bêtes et les traqueurs de fautes sont rarement bredouilles au cours de leurs safaris au travers des textes écrits et nous attendons désespérément leurs travaux en contrepets, eux qui sont si doués pour détecter les fautes des autres mais exempts de toutes formes d’humour. Nous nous sommes aussi demandé pourquoi lisaient-ils des contrepèteries dont la traduction est souvent un régal de fautes. Est-ce pour satisfaire leur fringale ou par besoin justificatif à leurs propres yeux ?

J’avais envie de faire une petite clarification sur l’écriture, la science des ânes.
C’est très souvent que l’on me signale mes fautes d’orthographes.
Les plus méchants me les signalent sèchement et avec mépris, les plus idiots m’invitent à ne plus écrire.
Les amis ne me disent rien même s’ils n’en pensent pas moins. Ils savent d’où je viens et les efforts que je fais pour sortir un texte à peu près sans fautes.
Mais parfois, l’enthousiasme, la colère si ce n’est, la rage font que je pense plus vite que je ne pianote sur mon clavier.
D’où ces petites taches orthographiques qui viennent polluer mon discours.

Ne me dites pas de faire des efforts, je ne fais que ça !

Je suis partisan de considérer que le contenu est plus important que le contenant.
Vous allez me dire que cela m’arrange ! Ce n’est pas faux.
Je connais des spécialistes de l’orthographe qui sont bien incapable d’aligner une pensée ou de prendre la parole ou d’affirmer leurs convictions en public.
Alors il faut de tout pour faire un monde l’essentiel étant que la dictature de l’orthographe n’interdise pas la libre circulation des idées.
En effet, combien de personnes ai-je pu rencontrer dans ma vie qui n’osent pas écrire étant persuadées qu’elles ne savent pas le faire sans fautes et craignent le jugement de lecteurs.
Alors qu’elles ont probablement des choses à dire... Sans tomber pour autant dans le texto illisible.

P.S. :

Merci a Gral & Gérard pour m’avoir éclairé

Forum
Répondre à cet article
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.0.98